Le vieillard

Il est là assis sur un banc.
Il est là a attendre ses enfants.
Condamné au désespoir de cette solitude,
la tristesse devient certitude
 
Ses enfants sont hostiles,
a l’égard de sa vieillesse.
A la détérioration continuelle
de ce corps si frêle.
 
Pourtant il a tant donné.
Donné a en être usé.
Donné sans rien demander,
jusqu’au déclin de sa santé.
 
Vous les enfants tant choyés
L’image de votre père délaissé,
celui qui a le cœur brisé
d’avoir été tant méprisé
 
Ne sera le reflet….que de votre propre finitude
JDG

Laisser moi un commentaire ... Merci

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :